ENGLISH

Kalakaswé Stella Moutou

Terrasse événementielle 26 Mar - 2017

les événements

Aux origines du Kalakaswé

Rendez-vous trimestriel né d’une envie de créer autour de la danse lors d’une discussion avec François Ladrezeau à qui le projet emprunte l’intitulé, Kalakaswé sonne de façon poétique, comme l’improvisation d’une danse à naître…

Cette proposition à « Entrer dans la danse ! » fait l’objet d’une réflexion sur l’importance de la transmission de la culture, la transmission de pratiques, de savoirs, en mettant en place pour les ACTeurs, visiteurs, participants, différentes formes qui tissent des passerelles, des dialogues entre les cultures. Les kalakaswé ont pour objectif une meilleure compréhension de la création et de la recherche autour du ka. Il s’agit d’une initiation à la démarche des chorégraphes, chanteurs, tanbouyés, mais on ne peut enlever à ce rendez-vous sa dimension de témoignages, d’émotions, de lâcher prise. Moment fidélisant pour les adultes et les enfants, seul, en famille ou entre amis : apprendre de façon pédagogique et ludique.

L’idée d’imaginer des gestes en toute liberté, s’inspirer de l’Histoire, de la vie, et créer-inventer au rythme des sept souffles du ka : toumblak, woulé, padjembèl, menndé, graj, kaladja, et léwòz.

Une exploration didactique, initiation autour du gwoka, initiation à l’histoire du ka en tandem avec l’action de diffusion de la programmation et des intervenants. Une belle invitation à apprendre avec des invités incontournables de la vie culturelle. Depuis l’aube de l’humanité, l’existence de l’homme est ponctuée de rituels et de cérémonies qui intègrent le mouvement même du corps. La danse a pour principal instrument le corps qui engendre sa propre rythmique.
Que ce soit dans des danses rituelles, religieuses, ludiques, profanes ou encore classiques, théâtrales, contemporaines : les mouvements de danse expriment un état d’être, des gestes symboliques, esthétiques, porteurs de sens.

Déroulé de la rencontre-initiation – Rendez-vous avec un univers, une écriture, une œuvre dansée.

Du concept au mouvement

A l’origine une thématique par intervenant. Un concept mais comment le faire prendre corps ?

Exemple :
Aprann rantré an lawonn a lewoz avec X. Le ton est donné « Aprann », les participants vont donc « apprendre », partir à la découverte de leurs mouvements pour entrer dans la ronde. Retenir, tourner, s’appuyer, être en équilibre, lâchez prise, improviser, entrer !
Mais aussi, d’autres écritures à explorer, « 7 ryhmes/7mondes » avec XSur ces 7 rythmes singuliers elle invité les participants à explorer un ensemble de pas de base relatif aux 7 rythmes du gwoka. Certains intervenants prennent le parti d’en explorer qu’un comme Rony Théophile avec le graj. D’autres approches plus contemporaines proposait de lâcher prise comme celle d’Ovide Carindo.

Le rendez-vous proposé dimanche 26 mars vous permettra d’être initié par Stella Moutou, danseuse, chorégraphe, professeure de danse, qui fait de la danse une force de vie.
Enracinée dans la culture guadeloupéenne elle vous convie aux côtés de François Ladrezeau à explorer la danse comme un souffle, comme une indispensable respiration de vie…

Du mouvement au phrasé

Les différentes approches proposées permettent d’apprécier, de redécouvrir des rythmes, des gestes, de transmettre mais aussi d’inventer de nouvelles formes entre tradition et contemporanéité.

Pour les participants fidélisés à la curiosité d’écritures dansées différentes, il s’agit de mesurer les apports, les écarts, les croisements entre les diverses démarches de transcription, de transmission ou de création : pas de base, rèpriz, des sauts à un pied, deux pieds, hauts, courts, amples…questionnant des pratiques.

Les participants de tout âge, homme et femme interrogent ainsi, leur écoute de leur entour, du monde, leur rapport à l’espace, les rythmes/leurs rythmes… Chaque rencontre avec les artistes intervenant interroge la qualité de avec les participants. Chaque choix de chorégraphe donne lieu à un enchainement de gestes singuliers, les participants ont sur les temps de pause l’opportunité d’échanger avec le chorégraphe, le boula, le makè sur des techniques mais aussi sur une dynamique d’improvisation jusqu’à l’écriture personnelle propre à chaque participants.

Les gestes chorégraphiés

Ces phrases chorégraphiées sont répétées, modifiées et partagées entre avec les participants.
En fin de rencontre chaque participant arrive à un phrasé ayant un début, un développement et une fin et ces derniers produisent une courte séquence dansée individuelle ou collective.

 

Précisions à l’attention des parents :

Merci de prévoir des vêtements souples pour les enfants.

Les enfants de moins de 6 ans doivent rester sous la surveillance d’un adulte.

 

Informations pratiques

Lieu : Terrasse événementielle

Date : dimanche 26 mars 2017

Heure : 16h

Tarif : 5€

Pas de vidéos disponible

Comment venir au macte

  • Lundi : Fermé
  • Mardi au Samedi : 9h00 - 19h00
  • Dimanche : 10h00 - 18h00
MÉMORIAL ACTe

Darboussier
97110 POINTE-A-PITRE
GUADELOUPE - FWI

+590 (0)590 25 16 00

nous contacter
Tarif individuel
Tarif plein : 15 €
Tarif réduit : 10 €

(tarif exposition permanente, hors expositions temporaires et internationales)

Tarif enfant
Tarif plein : 5 €

(tarif réservé aux enfants de 3 à 12ans)

Tarif pass annuel
Pass annuel: 35 €

(accès individuel illimité à la salle d’exposition permanente uniquement)

Tarif pass famille
Tarif plein : 45 €

( 2 adultes + 2 à 5 enfants de la même famille)

Acheter un billet

© 2017 MEMORIAL ACTe